Transport terrestre : encore deux morts dans un accident sur la RN n°6 Siguiri-Kankan

0
114
Photo d'archive

C’est le commandant de la compagnie sécurité routière de Kankan qui nous rapporte la nouvelle. Selon le chef d’escadron Alfred Akoї Bavogui, les lampions ne se sont même pas éteints sur la première tragédie qui a coûté la vie à cinq personnes sur la route Kouroussa Kankan dans la soirée du lundi 18 mai que son service est encore alerté de la survenance d’un autre accident mortel dans sa zone de contrôle.(Photo d’archives)

Les premières informations recueillies par le service constat indiquent que la tragédie s’est produite aux environs de 12 heures dans la localité de Dalaba, située dans la sous-préfecture de Batè-Nafadji, au PK70 de Kankan, sur la nationale n0 6 Siguiri-Kankan.

Le chef d’escadron Alfred Akoї Bavogui précise que cet accident est dû à une défaillance technique. Le chauffeur, non encore identifié, (il serait en détention provisoire à la Compagnie Territoriale de Gendarmerie de Siguiri) conduisait une voiture Renault 21, taxi, immatriculée 4629 T en provenance de Siguiri pour se rendre à Conakry avec dix passagers à bord et de nombreux bagages sur le toit. La route au tracé rectiligne et en bon état et la visibilité parfaite au moment des faits, ont été, comme souvent dans cette zone, des facteurs qui ont probablement incité le chauffeur à rouler à vive allure.

Malheureusement pour lui et ses passagers il a enregistré une crevaison subite de son pneu arrière gauche. Ce qui l’a surpris. Et la vitesse et le poids aidant, son véhicule a été déséquilibré entraînant une embardée. Dans ses tentatives de le maintenir dans sa trajectoire et l’immobiliser, il a sans doute brutalement freiné. Ce qui a amené le véhicule à faire plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser dans le décor, les quatre roues en l’air. Sur le champ, on relèvera un mort et des blessés, évacués à Kankan et à Siguiri où l’un d’entre eux décèdera peu de temps après. Ce qui alourdit le bilan à deux morts.

Parmi les blessés, on signale le cas d’un adolescent de 14 ans.

Le dossier de cet accident suit son cours. En attendant la suite des enquêtes qui détermineront les infractions relevées à l’encontre de l’auteur, nous citerons quelques faits patents qui sautent aux yeux, même du néophyte : la vitesse, le défaut de visite technique, la surcharge qui viole l’esprit du décret portant état d’urgence sanitaire qui limite le nombre de passagers des transports en commun à seulement trois.

La compagnie sécurité routière de Kankan enregistre déjà, en l’espace de 15 heures  d’horloge, un total de sept morts dans deux accidents. Et tout ça au moment où tout le monde convenait de la nette réduction des accidents de la circulation dans le pays, en raison même de la forte réduction de la mobilité. Le tout influencé par l’instauration de l’état d’urgence sanitaire combiné aux autres mesures additives tel le couvre feu nocturne. Mais, hélas! Comme on le voit, il y a encore du chemin à faire pour améliorer sans cesse l’homme qui est au volant.  Nous y reviendrons!