Sports :  les ‘’vérités’’ et promesses de Bantama Sow aux fédérations

0
133

Le ministre d’Etat en charge des Sports, Sanoussi Bantama Sow, a rencontré ce vendredi, au siège du COCAN,  19 représentants des 32 fédérations sportives du pays. Cette rencontre tenue à la demande des fédérations, aura été l’occasion pour le ministre de dire ou  redire certaines « vérités ». Mais aussi, de tenir quelques promesses en faveur du sport guinéen.

Un ministre des Sports

Face aux 19 fédérations dont le basketball, le handball ou le karaté, le ministre a réitéré sa volonté d’être un ministre des Sports et non celui du football. « Si on investissait dans les autres disciplines  1/3 des moyens investis dans le football, elles seraient toutes meilleures sur le plan continental…», a dit le ministre sous l’ovation des présidents des autres disciplines. Bantama Sow croit que des fédérations comme le karaté ou la boule à pétanque n’ont besoin que d’un tout petit peu pour aller loin.

« Ce que j’ai fait, personne ne l’a fait »

Remercié pour ses actions en faveur du sport guinéen, Bantama Sow avait l’occasion de faire des étalages sur ces ambitions. « Ce que j’ai fait pour le sport, personne ne l’a fait », s’est d’ailleurs vanté le ministre qui a, entre autres, cité la subvention accordée aux fédérations lors de son premier passage à la tête du ministère des Sports (de 2012 à 2014), la relance de la piscine olympique de Marocana… « Malheureusement, quand on commence quelque chose en Guinée, on voit la personne au lieu de voir ce qu’il fait… Après mon départ, cette politique de subvention des fédérations ne s’est pas poursuivie », a déploré le ministre.

Soutenir le COCAN 2025

Sanoussy Bantama Sow reste convaincu que le sport guinéen ne se développera pas sans infrastructures. Et, croit-il, l’organisation de la CAN 2025 (qui pourrait être repoussé à une date ultérieure) reste à ses yeux une occasion en or pour doter le pays d’infrastructures. Au-delà des acteurs du football, il souhaite que tous les Guinéens soutiennent l’organisation de la CAN. Il a indiqué que  l’ambition, au-delà de l’organisation de la CAN, est doter chaque région du pays d’infrastructures sportives.

Les conflits et leur  règlement dans la presse

Comme cela est récurrent chez Sanoussy Bantama Sow,  la rencontre ne s’est pas terminée sans régler quelques comptes avec la presse. Il s’est souvenu de ce journaliste (qu’il n’a pas donné son nom) qui a passé tout son temps, alors qu’il commentait un match de football, à le critiquer. « Quand l’autre journaliste qui commentait le match avec lui a signalé que Bantama a quand même fait accorder la subvention aux fédérations, ce journaliste a dit que c’est insignifiant », a rappelé Bantama Sow. Le ministre a invité la presse à soutenir les actions du ministère au lieu de les saboter. Aux présidents des fédérations, il les invitera au dialogue au lieu d’aller étaler les problèmes dans la presse.  «  Economisez  l’énergie que vous allez déployer dans la presse pour venir dialoguer avec le ministère. Les portes du ministère vous sont largement ouvertes. Un président de fédération est comme un directeur national, on ne peut pas le faire attendre au salon du ministère », a-t-il adressé aux représentants des fédérations. Dans la foulée, il a félicité le président de la Fédération guinéenne de handball (FEGUIHAND) qui est en contact permanent avec le ministère.

Sanoussy Bantama Sow a aussi appelé à cesser les conflits au sein des fédérations. « Quand il y a conflit, on sera obligé de prendre position parce que l’Etat  ne laissera aucune discipline sombrer à cause des conflits internes… », a dit le ministre des Sports alors qu’il y avait dans la salle deux présidents de la Fédération Guinéenne de Basketball.  

Des promesses  

La promesse phare du ministre Bantama Sow  reste celle de faire tout possible pour faire adopter la loi des sports dès la prochaine session parlementaire. D’ici là, Bantama entend organiser des tables rondes sur le sponsoring des sports en vue d’amener les entreprises étrangères et nationales à soutenir les différentes disciplines. Aussi, Bantama Sow veut soutenir les journalistes sportifs à travers une assurance-maladie. Mais, pour cela, les journalistes doivent soutenir le ministère.