Revue des hebdomadaires : la Banque Mondiale et le plan de riposte, la fête du  1er mai,  cacophonie au sein du gouvernement, font la Une

0
376

Dans l’ensemble, les hebdomadaires guinéens ont largement traité de la fête du 1er mai confinée par le COVID-19, de la cacophonie au sein gouvernement – notamment entre le Premier ministre et la ministre du Plan –, du plan de riposte économique rejeté par la Banque Mondiale…

« COVID-19 confine la fête », titre Le Lynx du 04 mai  sur le 1er mai, « l’unique occasion ‘’ pour le Monde du Travail de commémorer dans la joie, les différents succès obtenus sur le champ de la bataille économique et social en faveur des travailleurs et travailleuses ». Le journal satirique note que Cona-cris, jadis la proprette, était bien loin des liesses populaires. Et, cette année, les patrons de l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG (Confédération nationale des travailleurs de Guinée et de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée) ont dû se retrouver dans la minuscule salle des cancans du Conseil économique et social, pour égrener leur chapelet de revendications. Coronavirus oblige ! Toujours sur le 1er mai, Le Lynx titre :  « Le SLECG et le 1er mai/ Le Cœur n’est pas à la fête ». Le satirique indique que dans notre bled, le bras de fer qui oppose le gouvernement et le Slecg (Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée) depuis 2017 pour une revalorisation salariale, demeure. Selon Aboubacar Sous-mât, le gouvernement leur doit cinq mois d’arriérés de salaire. Il l’exhorte à s’acquitter de son devoir en débloquant les salaires des bouffe-la-craie qui souffrent tant en cette période pandémique.

Sur cette fête internationale du travail, Le Rassembleur du 04 mai fait écho du message de l’opposant Cellou Dalein Diallo. Ce dernier écrit : « la fête du travail survient cette année dans un contexte de crise sanitaire aigue entrainant une baisse drastique des activités des entreprises. Chômage technique, licenciement, sous emploi er pertes de revenus sans compensation menacent des familles entières. Mes pensées à tous ceux qui souffrent de cette situation avec une peine particulière pour le secteur informel dont dépend bon nombre de nos compatriotes… »

« Une douche froide pour le gouvernement ! », titre La Lance du 29 avril sur le plan de riposte économique du gouvernement contesté par la Banque Mondiale. Pour l’hebdomadaire, le plan de riposte du gouvernement a été passé à la loupe par la Banque Mondiale. « Les services techniques de l’institution l’ont commenté et adressé leurs commentaires au Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana… Ces commentaires font les choux de la presse et des réseaux sociaux, tant la douche administrée au Gouvernement est froide.»  Le journal a également publié le communiqué du gouvernement répondant à la Banque Mondiale. Un communiqué qui est conclu par « la Primature rappelle enfin qu’un plan de riposte économique a un caractère dynamique, et que ses hypothèses continueront d’être ajustées sur une base bimensuelle en fonction de l’évolution de la crise sanitaire et de la situation économique

A quoi jouent les ministres du Pr. Alpha Condé ? s’interroge Régional Info du 4 mai sur la mésentente entre le Premier ministre et la ministre du Plan sur ce même plan de riposte au COVID-19. Pour le journal, le gouvernement doit se focaliser sur la lutte contre le COVID-19 mais aussi sur les moyens de recoller le tissu social qui a pris un sérieux coup à cause des élections. « Donner raison à Paul ou à Pierre ou encore à Mamadou ne semble pas être la solution car, les détracteurs imputent cette responsabilité au chef de l’Etat. Cependant ce dernier ne les a jamais instruits d’agir ainsi…», estime Régional Info.

« Tenue des examens/ Le ministre Mory Sangaré rassure les candidats », titre Affiches Guinéennes du 04 mai 2020. L’hebdomadaire d’informations juridiques, économiques et locales rapporte les propos du ministre de l’Education nationale Mory Sangaré qui a rassuré en déclarant : « ce qui est clair, nous ferons les examens. En tout cas, ça ne sera pas une année blanche. Ça c’est au moins sûr