Revue de la presse : ce que les hebdomadaires guinéens ont écrit sur le COVID-19 et les élections

0
451

Le COVID-19 ou la problématique des infrastructures hospitalières, le gouvernement face aux conséquences sanitaires et économiques de la pandémie, la lettre de l’opposant Alpha Condé au président Lansana Conté, la victoire du RPG aux législatives… voici les principales informations des principaux hebdomadaires du pays.

« Le coq du RPG picore la part du lion ! », titre  Le Lynx du 06 avril à  sa grande Une. L’hebdomadaire satirique consacre ainsi sa vitrine aux élections législatives du 22 mars dernier. Il indique que « le 1er avril, le Prési de la CENI, Amadou Saliflou-flou Kébé, a officialisé ce que le monde savait : la victoire du RPG arc-en-ciel aux sélections législatives du 22 mars.  Sur 114 dépités au total, le parti au pouvoir s’est attribué 79 sièges. L’UDG de Mamadou le Scylla de Dixinn Bora, pour quatre dépités, sera le chef de bide de l’opposition à l’Hémicycle rectangulaire ». Dans un autre article sur les mêmes élections législatives, Le Lynx  titre « Des résultats cousus de fil jaune ». L’article fait remarquer qu’en comparant les 2 418 058 voix officieuses et les 1591 599 voix officielles de la CENI, il y a une différence de 826 510 voix.  Apparemment, analyse le journal, le RPG a préféré renoncer à ces 826 510 voix pour qu’il y ait plusieurs partis politiques à l’hémicycle. « La petite menace du transfuge Siaka Barry, prési du MPDG, aurait porté fruit et la CENI, certainement en accord avec le prési du RPG, Alpha Grimpeur, lui a donné trois sièges. Mamadou Scylla Futurlec et son UDG sont récompensés de leur traitrise à Kindia lors de l’exécutif communal… », poursuit l’article.

Sur ces législatives, Le Populaire du 06 avril écrit, dans sa rubrique On en parle : « Le Rpg s’offre 79 sur 114 députés ». Une autre bonne nouvelle favorable au régime Alpha Condé en plus de la validation du référendum par la Cour constitutionnelle, estime l’hebdomadaire. « La loi est dure, mais c’est la loi. La Cour constitutionnelle a statué. Il ne reste plus que la promulgation de la nouvelle constitution par Alpha Condé pour son entrée en vigueur », écrit l’hebdomadaire à propos du référendum constitutionnel dont le scrutin a été couplé à celui des législatives. L’Observateur du 06 avril parle également du référendum en titrant à sa Une « Référendum contesté/La Cour constitutionnelle dit ‘’Oui à 89,76% ‘’ à une nouvelle Constitution ».

« Référendum du 22 mars : Alpha Condé promulgue sa Constitution », met à sa petite Une, LA LANCE du 08 avril qui reprend un article de l’Agence France Presse (AFP). L’article indique que le « président guinéen Alpha Condé a promulgué la nouvelle Constitution qu’il avait soumise à référendum fin mars et dans laquelle l’opposition dénonce un  stratagème de sa part pour se maintenir au pouvoir, a indiqué la télévision nationale lundi ». Comme chute, l’article souligne que « le vote a été entaché de violences meurtrières. Il s’est tenu malgré la contestation et la réprobation internationale, ainsi que l’apparition du coronavirus dans le pays.»

Le Populaire considère d’ailleurs cette nouvelle Constitution comme un cadeau d’anniversaire au FNDC. « Fruit du hasard ou sciemment planifié pour en faire de la nouvelle Constitution un cadeau et l’envoyer en guise de moquerie au Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) qui fête vendredi 3 avril 2020 son premier anniversaire. En tout cas, ce n’est pas un poisson d’avril de dire que la nouvelle Constitution est validée », écrit le journal.

Chacun des principaux journaux traite largement du COVID-19. « Le COVID-19 ou la problématique des infrastructures hospitalières », titre Le Populaire à la Une. L’auteur de cette tribune souligne que « pour une fois, le Guinéen anonyme et le chef sont égaux face à la maladie, admis, traités dans les mêmes établissements, contraints ou confrontés aux conséquences de la vétusté de ces infrastructures hospitalières dont ils ne se sont pas ou peu préoccupés

Pour lui, cette crise devrait servir d’enseignement pour tous les Guinéens et inspirer les dirigeants d’aujourd’hui et de demain à se pencher sur une véritable politique de Santé qui dotera le pays des infrastructures hospitalières soustrayant, à l’avenir, le citoyen du calvaire d’aller se faire soigner sous d’autres cieux. A côté de cette tribune,  Le Populaire publie l’hommage-condoléances d’Antonio Souaré, le président de la fédération guinéenne de football, à Pape Diouf, l’ancien président de l’Olympique de Marseille mort du COVID-19 au Sénégal. L’Observateur, lui, écrit sur le plan global de riposte de près de 3 mille milliards et demi de francs guinéens. L’hebdomadaire note que ce plan qui s’articule autour de trois axes fondamentaux et serait sur la table du président de la République pour approbation, devrait pallier aux conséquences liées au ralentissement des activités dû à l’état d’urgence sanitaire. « Comment le gouvernement compte amortir les effets de la crise », titre LA LANCE qui décrypte le plan de riposte économique du gouvernement. Un plan de 3 000 milliards qui comprend trente mesures autour de trois axes. « Les mesures inobservées ! », fait remarquer Le Lynx dans un reportage. L’hebdomadaire indique que les mesures de restrictions, notamment dans le secteur du transport interurbain, imposées par le prési Alpha Grimpeur. Selon le témoin, indique le journal, dès le lendemain de la décision interdisant de sortir de Conakry, de nombreux passagers ont été vus au niveau de certains points d’embarquement notamment à Gomboya, commune de Coyah en partance pour l’intérieur du pays.

Dans ce flot d’infos sur le COVID-19 et les élections, L’Observateur apporte de la diversité avec le titre à la Une  « Il y a 25 ans, Alpha Condé écrivait à Lansana Conté… » L’hebdomadaire rappelle qu’en 1992, Alpha Condé, opposant au régime d’alors, avait écrit à Lansana Conté une lettre ouverte dans laquelle, il le rappelait en termes clairs que : « La Guinée et le reste du monde vous observent » ou encore «Diriger c’est prévoir… » et (…) « Le bon dirigeant est celui qui évite les malheurs à son peuple ». 25 ans après, estime le journal, le peuple de Guinée renvoie la lettre à son auteur : qu’il médite à ce qu’il avait écrit et qu’il suive les conseils qu’il avait prodigués à Lansana Conté…