Pénurie de carburant en Guinée : le ministre des hydrocarbures rassure

mai 22, 2019 12:24

«Dans 72 heures, tout rentrera dans l’ordre… La situation sera normalisée »

Face à la pénurie du carburant dans les stations à Conakry et plus particulièrement dans les villes de l’intérieur, le ministre des Hydrocarbures est intervenu ce matin sur les antennes de la Radio Espace Fm pour rassurer les consommateurs et les usagers. Il annonce que dans quelques heures, les stations seront ravitaillées et la situation sera normalisée au grand soulagement des populations

 Ainsi, interrogé par les confrères sur les raisons de cette pénurie, Diakaria Koulibaly reconnaît la crise qui perturbe en ce moment les populations dans les stations. Il soutient que cela est dû à « des petits soucis techniques » avec la douane, du retard du bateau qui aurait attendu deux jours en ras avant d’informer les auditeurs de l’arrivée du bateau et de son dépotage qui aurait commencé depuis la nuit dernière. « Le bateau est arrivé hier soir. Jusqu’à 23 heures nous étions au dépotage. Dans 72 heures, la situation sera normalisée » (et toutes les stations du pays seront ravitaillées Ndlr).

Pourquoi ne pas communiquer à temps pour informer la population ?

A cette question, le ministre dira qu’il est mieux de rationnaliser que d’alerter les populations. Parce que selon lui, cela pourrait créer la panique et le désordre dans les stations. « La gestion du pétrole est très complexe. L’effet d’annonce, signifierait les difficultés dans les stations. Les gens se précipiteront pour aller vider les stations. Ils iront envahir les stations pour se ravitailler avec des bousculades et des violences et surtout le ravitaillement des bidons parallèles pour créer la spéculation dans les quartiers. On a préféré procéder à la rationalisation en attendant… »

Maintenant que le bateau est là, tout le pays pourra-t-il être ravitaillé à temps ?

« Avec l’expérience, nous arriverons à ravitailler les villes de l’intérieur. D’ici demain, Kankan, Siguiri et même N’Zérékoré auront du carburant. Le bateau est arrivé. Le dépotage est en train d’être fait et les camions partiront pour l’intérieur à partir d’aujourd’hui. Ils sont prêts au niveau de la SPT. La situation sera normalisée d’ici là. Dans 72 heures tout sera normal », rassure le ministre des Hydrocarbures avec insistance, avant de rappeler que depuis trois 3ans, la Guinée n’a pas connu la pénurie. Et que la Guinée n’est d’ailleurs pas le seul à connaître de telles pénuries. « Vous avez remarqué quand même que depuis trois ans la Guinée n’a pas connu une telle situation ! Tous les pays connaissent ces genres de crise. La Guinée n’est pas le seul pays où il y a crise de carburant de temps en temps. Cela arrive à tous les pays. La pénurie fait partie du carburant. Présentement le Mali et la Côte d’Ivoire connaissent une légère hausse du prix du carburant à la pompe ! »

Doit-on donc craindre une éventuelle augmentation du prix du carburant dans les jours à venir ?   

« La Guinée a connu l’embellie l’année dernière en quittant 10.000 à 9.500 Gnf. Mai actuellement je vous apprends que la Côte d’Ivoire a connu une augmentation le 3 mai quand le Mali a revu à la hausse le prix du carburant le 14 mai. J’ai rendu compte à qui de droit. Je suis un technicien. Je ne peux pas me prononcer sur ce qui est connu de tous. Pour ce qui est de l’augmentation, il appartient à mes supérieurs de revoir la situation. J’ai le pouvoir de proposer et non de prise de décision », a précisé le ministre Diakaria avant d’évoquer la situation pétrolière de la Guinée, de la vente clandestine du carburant et de l’installation anarchique des stations à travers la capitale.