Lola : le calvaire des éleveurs, devenus non gratta dans la localité, se poursuit

0
371

Les éleveurs  de Bassano et les autochtones  de Vamorodou, localité située dans la sous-préfecture de Foumbadou, dans la préfecture de Lola ne sont pas parvenus à faire la paix, ce  malgré  l’implication des autorités locales dont sous-préfet  et le maire  ainsi que  le patriarche de la localité.

Les deux parties en conflits sont convoquées par les autorités de Lola, mercredi. Il s’agit des éleveurs peuls du bassano, réfugiés dans les locaux de la sous-préfecture de Foumbadou et les autochtones, qui ne veulent plus leur présence dans leurs pâturages.

Cette crise qui couve depuis   2017, après l’abattage de 80 bœufs  et  la destruction des  campements des éleveurs, par des autochtones,  condamnés alors par la justice  au  payement de près de 400 millions de francs guinéens.

Selon  le chargé des conflits des éleveurs de Bassano, El hadj Mory Sangaré,  si une minorité se lève sans informer  personne,  ni les éleveurs ni l’autorité, pour aller saccager cinq enclos,  de surcroit prendre des bœufs,  et quitter  un village,  dépasser le deuxième village,  et venir mettre les animaux en divagation, cela n’est pas normal.

« On a informé le maire,  il n’est pas venu. Sauf le troisième jour.  C’est en ce mouvement, on a informé le préfet.  Nous sommes en insécurité,  essayez de nous envoyer des agents  pour nous sécuriser,  nos beaufs sont en divagation. On ne sait pas si on aura la chance de les retrouver tous », a-t-il prêché.

Le chargé de la décentralisation au niveau de la préfecture de Lola a convié les deux camps à une rencontre pour le mercredi prochain. Information confirmé par le maire de Foumbadou, Alpha Kabinet Kourouma, au micro de notre reporter.

Le même maire est accusé d’extorsion de fonds par les éleveurs. Ce qu’il dément.