Interrogé sur les traces des 90 millions de dollars de Orange: le ministre du Budget perd son latin

mai 20, 2019 5:18

Le ministère du Budget est intervenu ce matin sur les antennes d’Espace Fm pour lever un coin du voile sur le curieux incendie qui a ravagé le bureau du Directeur National du Budget le week-end dernier. Aux micros de nos confrères des ‘’Grandes Gueules’’, le ministre Ismaël Dioubaté soutient que les causes de cet incendie criminel ne sont pas encore situées.

Cependant, il apprend aux auditeurs que dès les premières heures déjà, tous les bureaux du premier et du deuxième étage plus particulièrement celui du directeur national sont mis sous scellé pour des fins d’enquête. « Pour le moment, on ne peut pas situer la cause de cet incendie. On attend les résultats des enquêtes. Depuis le vendredi soir après l’intervention des sapeurs-pompiers, le bureau du directeur a été fermé. On a ordonné la fermeture du premier et du deuxième étages pour des raisons d’enquêtes. C’est ce matin qu’on a ouvert les locaux pour la reprise du travail ».

A la question de savoir pourquoi n’a-t-il pas sollicité les services des sapeurs-pompiers à temps, le ministre informe les auditeurs que les soldats du feu, appuyés par leurs collègues d’une société de sécurité privée de la place et ceux de l’aéroport ont fait du bon boulot : « les sapeurs-pompiers à cause des obstacles que vous connaissez ont eu quelques difficultés à avoir accès. Mais aidés par une société de prestation de la place et des pompiers de l’aéroport ont pu atténuer l’incendie. Ils ont fait un excellent travail. »

Pour répondre aux journalistes qui trouvent curieux que cet incendie ait eu lieu à 24 heures de l’annonce de la décision du chef de l’Etat qui projette un audit sur l’électricité, le chef du département du Budget soutient que cela n’a aucun rapport : « attendez ! Qu’est-ce que l’audit concernant l’électricité a à voir avec l’incendie du bureau du Directeur National du Budget ? Ce sont des spéculations. On attend les résultats des enquêtes engagées par la gendarmerie et la police. Ces résultats nous diront ce qui s’est réellement passé. »

Concernant l’information sur la disparition des 90 milliards de francs guinéens représentant le prix de la licence d’exploitation de la 4G de l’opérateur Orange, l’information relayée par le site Guineenews, le ministre Ismaël Dioubaté renvoie les journalistes aux auteurs de l’article. « Je laisse la responsabilité à ceux qui soutiennent cette thèse. La Mission s’est bien passée. Je n’ai pas à commenter un article de presse. Si vous voulez un débat, il n’y a pas de problème. Mais commenter un article de presse, Non ! »

Lire également cet article:http://www.guinee-news.net/dossier-la-guinee-finalement-epinglee-par-le-fmi-pour-mauvaise-gestion-des-millions-de-dollars-volatilises-des-caisses-de-letat/