En pleines crises sociopolitique et sanitaire, des Guinéens ont pensé à autre chose de positif

0
129

Alors que l’actualité guinéenne reste dominée par la pandémie de Coronavirus, des Guinéens ont pensé à faire oublier cette crise sanitaire pour valoriser leurs villes. L’idée a été de créer un championnat entre les villes de la Guinée sur Twitter. Cela a permis à ceux qui sont sur le réseau social de l’oiseau bleu de découvrir des images inédites, des histoires, mais surtout d’avoir de la bonne humeur à cause de nombreuses plaisanteries qu’écrivent les internautes des villes rivales.

Après un mois, ce fameux championnat, la première en son genre, a pris fin dans la soirée du dimanche 17 mai. Labé avait élimé Conakry en demie finale pour se retrouver en finale avec la ville de Dinguiraye qui, elle, avait éliminé la ville carrefour, Mamou.

« Le but de ce concours est certes  de valoriser la culture de chaque ville en compétition, mais aussi de permettre une interconnexion entre les Guinéens présents sur Twitter, créer un engouement autour d’un sujet passionnant, le patriotisme », explique Fadima Bah qui a co-organisé ce championnat avec Mamadou Saliou Camara.

Chacun défendait la ville de son choix en sortant des images qui montrent les valeurs culturelles ou historiques de ladite ville, car au final, l’objectif est de créer l’envie chez les internautes de faire des excursions dans cette ville.

« Il s’agit de l’élection de la ville dans laquelle les Guinéens voudraient faire connaître, y faire une excursion, réaliser des œuvres humanitaires et valoriser davantage », ajoute Fadima Bah.

Pour vendre sa ville, ce ressortissant de Dinguiraye sort une vidéo du Khalife de la ville en train de montrer l’unique maison d’habitation d’El Hadj Omar Tall.

Ou cet autre tweet qui parle de la création par El Hadj Omar Tall de la mosquée de Dinguiraye.

<blockquote class= »twitter-tweet »><p lang= »fr » dir= »ltr »>C&#39;est en 1850 que la célèbre mosquée de Dinguiraye a été construite par El Oumar Tall dans sa conquête d&#39;expansion de l&#39;islam en Afrique. A l&#39;époque, cette maison de Dieu était faite en paille. Aujourd&#39;hui, 170 ans après, elle reste un véritable site touristique. Votez DINGUIRAYE <a href= »https://t.co/8MNHkXFkfs« >pic.twitter.com/8MNHkXFkfs</a></p>&mdash; Dinguiraye Officiel (@DinguirayeO) <a href= »https://twitter.com/DinguirayeO/status/1260215060498178049?ref_src=twsrc%5Etfw« >May 12, 2020</a></blockquote> <script async src= »https://platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>

Une candidate de Labé contre-attaque en affirmant que Labé, ce n’est pas que la mosquée.

Au final, c’est la ville de Labé qui a remporté la compétition de cette première édition en obtenant 61% contre 39% pour Dinguiraye. Quant à la ville de Conakry, elle obtient la 3ème place. Pour cette finale, il y a eu, selon les organisateurs, 22 665 votants.

Thierno Madjou Bah, qui a participé aux votes depuis le début du championnat explique les avantages qu’il s’est procuré de cette initiative : « J’ai bien apprécié l’initiative. C’est pourquoi je me suis engagé dans la compétition dès le début en faisant des campagnes pour des villes. Cette compétition nous a fait oublier les crises sociopolitiques ou sanitaires que nous traversons actuellement.  La plupart des twittos étaient concentrés sur cette compétition. Il y avait moins de débats politiques. C’était de l’amusement. Ça nous a permis de découvrir aussi des bels endroits des villes à travers les images que les gens partageaient. »

Thierno Madjou est de Pita. Il aurait pu battre campagne et voter pour Labé, mais il l’a fait pour Dinguiraye : « Moi j’ai battu campagne pour Dinguiraye alors que je suis de Pita. C’est pour vous dire que c’était loin des considérations régionalistes ou autres. C’est l’idée de l’initiative. »

Pour sa victoire, la ville de Labé accueillir une excursion et obtenir l’aménagement d’un parc urbain. Quant à la ville de Dinguiraye, elle recevra des poubelles pour la gestion des ordures, alors que Conakry devra recevoir des kits sanitaires contre le Covid-19.

Il faut rappeler que l’image de la Guinée a bien été vendue en France où le hastag #GUINEEVILLE est devenu, le 17 mai 2020, la 3ème des tendances sur twitter.