Dossier – Après le perchoir, jusqu’où ira Damaro ? La hantise du président Alpha Condé !

0
575

Parmi les acteurs de la scène politique guinéenne de la dernière décennie, Amadou Damaro Camara est incontestablement celui qui a connu l’ascension politique la plus fulgurante, en devenant dauphin constitutionnel, au lendemain des élections très controversées du 22 mars dernier. Crédit photo : Ze Pharell.

Damaro qui n’est plus à présenter, le grand gagnant du cafouillage électoral qui s’est soldé par des dizaines de victimes, serait-il arrivé à sa destination finale, après la conquête réussie de l’un des trois pouvoirs de l’Etat les plus élevés et les plus prestigieux, la présidence de l’Assemblée nationale ? A l’évidence, il s’impose aujourd’hui comme l’homme le plus puissant du RPG-arc-en-ciel. Mais jusqu’à quand ?

Comment le plus prolifique guinéens de la dernière décennie est parvenu à damer les pions ?

Revoyons un peu le parcours de l’homme qui entre dans l’histoire, en devenant le quatrième président de l’Assemblée nationale, par ruse et audace.

Personnage à la fois intriguant, fascinant et dérangeant, beaucoup de personnes n’hésitent pas à lui comparer au fameux Aladji Kroma, chef rebelle de l’ULIMO (United Movement of Liberia for democracy). Ils appartiennent tous les deux à la communauté Konianké avec des parcours jalonnés par des activités politiques intenses et élevées avec des ambitions et agissements similaires.

Ses débuts politiques proprement dits remontent à son retour d’exile en 2010, retour facilité et encouragé  par la perspective de l’arrivée à terme de la transition militaire de 2009-2010 et l’organisation des nouvelles élections présidentielles.

C’est avec les couleurs de Guinée pour Tous (GPT), le parti du Premier ministre Kassory Fofana dilué dans le RPG-arc-en-ciel, dont il fut membre fondateur et vice-président qu’il fera son véritable baptême de feu politique.

L’adhésion du GPT au RPG-arc-en-ciel sans se référer à sa base, entraîna le départ de Damaro. Ayant désormais les ailes libres, il organisa un meeting monstre au stade Kabiné Kouyaté de Conakry, en mobilisant plusieurs centaines de personnes de sa communauté et beaucoup de cadres de l’administration publique guinéenne. La réussite de ce meeting politique obligea le locataire de Sekhoutouréya à lui faire les yeux doux, en lui demandant de s’allier au RPG-arc-en-ciel. Ce qui fut fait.

Ainsi, contrairement à ce qui été rapporté, Damaro n’est pas venu au parti au pouvoir les mains vides. Il est bel et bien venu avec armes et bagages, mais aussi avec de nombreux militants pour galvaniser les troupes du RPG-arc-en-ciel en vue de remporter la présidentielle de 2010.

Souvenons-nous au passage que Damaro, à 33 ans déjà, avait à son palmarès une participation active à un coup d’Etat militaire. Celui, en l’occurrence du 4 juillet 1985 du colonel Diarra Traoré qui coûta la vie à plusieurs officiers supérieurs, tous originaires de la Haute Guinée. Vérité qu’il a reconnue dans un livre autobiographique. Damaro est celui que beaucoup de personnes auraient voulu voir en prison à vie, il y a déjà fait. Au lieu de cela, il s’en est sorti comme par miracle et en cas de vacance du pouvoir, il est désormais le successeur constitutionnel de l’actuel homme fort et locataire du Palais « Sékoutouréya », Alpha Condé.

Faut-il souligner que les victimes de ce coup d’Etat de Diarra viennent de pardonner toutes les exactions et humiliations qu’elles ont subies à cette époque.

Se servant pleinement de la tribune qui lui offre la majorité présidentielle, il s’est illustré par sa roublardise. Ainsi, n’hésitant pas à jouer le porte-flingue du président Alpha Condé, il aura été celui qui réussit à éreinter l’opposition, par des joutes oratoires et paroles incendiaires dont lui seul détient le secret. C’est pourquoi, les qualificatifs de l’opposition à son endroit ne manquent pas, allant de personnage clivant à l’homme d’intrigues et de combines, en passant par le pourfendeur des sales besognes du parti au pouvoir.

Toujours est-il vrai que, en bon manœuvrier, Damaro s’est imposé pour devenir l’un des piliers majeurs du régime.

D’abord, dès la première législature en 2014, il s’est imposé comme président du groupe parlementaire du RPG. Fort de sa position, il est au four et au moulin. De l’attribution de tous les marchés de l’assemblée, ou presque, à la ratification des juteux projets miniers léonins passés à tour de bras, il était partout selon ses anciens collègues de la défunte législature.

Cela va de l’acquisition des véhicules pour les députés en 2016, émaillée de sandale, à l’achat de mobiliers de bureaux. Sans oublier son rôle porte-voix des miniers auprès du Palais. Aucun des ministres en charge de l’économie guinéenne ne pouvait résister à ses prises de position !

Les atouts de Damaro pour la conquête du pouvoir 

Au regard du potentiel minier de la Guinée, Amadou Damaro Camara s’est mis à l’esprit qu’il fallait tirer ses marrons du feu. Il a ainsi saisi l’opportunité, avec l’arrivée des compagnies minières à Boké, pour créer une entreprise de transport de bauxite, qui génère un revenu annuel estimé à plusieurs milliers de dollars américains. Celle-ci est gérée par un de ses fils, qu’il a fait venir des Etats-Unis. A l’actif de ces entreprises, il y’aurait une société de gardiennage cogérée avec un de ses frères. Dans ces entreprises, nos sources rapportent que la plupart des employés appartiendraient à Konia.

En plus de son rôle de pourvoyeur d’emplois, le nouveau président de l’Assemblée nationale aurait investi beaucoup d’argent pour encourager ceux qui n’ont pas de travail à ne pas baisser les bras. Et dans chaque village ou district du Konia (du moins dans les trois plus grandes agglomérations de la contrée), nos sources locales rapportent qu’il aurait construit au moins une mosquée, une école ou encore un centre de santé, des routes et des forages pour mettre le sourire aux lèvres des populations à la base en vue de pouvoir capitaliser en retour de tout ce vivier électoral, au moment opportun. Une attitude qui est en droite ligne avec les principes du développement local que tout citoyen devrait imiter. Pour ceux qui  en ont les moyens bien entendu. Selon ses proches, il a réservé les samedi et dimanche pour les audiences avec les Guinéens en général et en particulier svec sa communauté, pour l’achat de médicaments et les aides financières aux personnes nécessiteuses.

Parmi ses puissants alliés figurent plusieurs personnalités, au rang desquelles se trouve tout d’abord le ministre d’Etat à la Défense nationale et chargé des Affaires présidentielles, le très discret Dr Mohamed Diané. Ce dernier et Damaro partagent une amitié intime et solide. Selon les indiscrétions, le premier aurait assuré le second de son soutien pour le très convoité poste de président de l’Assemblée nationale. En retour, après le règne d’Alpha Condé, Damaro lui rendrait la monnaie. Sans connaître les vraies ambitions du Guinéo-Américain, il y a cru.

Dans le choix de la liste pour la députation, quoique relativement nouveau au sein du parti au pouvoir, c’est lui Damaro, soutenu par  certains caciques du pouvoir, qui aurait choisi les candidats du parti, mettant du coup Alpha Condé devant le fait accompli. Dans cette manœuvre, il a bénéficié du soutien de Papa Koly Kourouma, ministre de l’hydraulique et de l’assainissement, président du GRUD, parti allié du RPG-arc-en-ciel et d’autres également.

En cas de crise interne au sein du parti, fort des alliances qu’il a bâties au vu et au su de tous les barons du régime, il va juste demander un vote à l’interne, sachant qu’a priori, il va gagner. C’est d’ailleurs le même stratagème qui lui a permis de devenir président de l’Assemblée nationale. Un poste qu’Alpha Condé avait pourtant  jalousement  réservé à la Forêt, comme il avait  accordé la Primature à la Basse Côte, par la même occasion, par calcul électoraliste.

Justement, après la proclamation des résultats des dernières législatives, tous les députés du parti au pouvoir s’étaient réunis à la présidence (le dernier samedi avant l’investiture de la nouvelle législature) afin de choisir le futur président du Parlement. Selon plusieurs sources, le chef de l’Etat ne voulait pas de Damaro au perchoir. Sachant qu’il pouvait compter sur les députés élus, il a alors  proposé à ce qu’il y ait un vote pour le choix du président de l’Assemblée. Ce qui fut fait. Plébiscité par ce vote, il devient de facto le dauphin constitutionnel du président Alpha Condé.

« Damaro est de la Forêt, il n’y a aucune ambiguïté là-dessus car il y est né. Son père fut un important patriarche du konia. De mon point de vue, il était le candidat idéal pour le perchoir », lâche PKK à Guinéenews.

Jamais un ressortissant du Konia n’avait accédé à un poste de responsabilité si élevé, si important et si déterminant dans la conduite des affaires de l’Etat en République de Guinée.

Sa communauté déjà totalement acquise à sa cause, ce qui n’était pas le cas par le passé, il se rapporte qu’il serait en contact avec toutes les associations de la communauté Konia au monde, notamment celle du  New Jersey aux États Unis d’Amérique abritant une forte colonie Konianké. Quand on sait que l’ethno stratégie a été toujours érigée en système de gouvernance en Guinée, il y a fort à parier que c’est un important atout pour lui !

En Basse Côte, en plus d’être très intime à Cheick Touré, l’actuel secrétaire général du ministère des Transports, dont le soutien ne ferait pas défaut au moment opportun, pour la mobilisation en sa faveur. Il entretiendrait également de très bons rapports avec certains sages  et non des moindres, notamment, le Kountighi Elhadj Sekhouna Soumah, le patriarche de Kaloum Elhadj Souna Yansané et l’imam de Kindia Elhadj Mamoudou Camara, oncle et parrain de Oye Guilvogui.

En Forêt, le nom de Papa Koly Kourouma est cité comme un de ses hommes forts qui pourrait ratisser large en sa faveur dans la région, le moment venu non sans contrepartie. Dans une conversation téléphonique avec la coordination de Guinéenews, PPK a affirmé avoir « des liens très étroits avec Amadou Damaro Camara dont il reste et demeure le lieutenant politique pour le compte de la Guinée Forestière ».

A la commission électorale nationale indépendante (CENI), celui qui a remplacé le défunt président Salifou Kebe, Mamadi 3 Kaba, est l’un de ses hommes du Konia. Dès sa prise de fonction à la tête du parlement guinéenne, il l’avait déjà nommé chef de cabinet, avant voir ce dernier propulsé au sein de l’institution en charge de la gestion électorale en Guinée.

Au final, c’est Kabine Cissé dont Damaro ne voulait pas sentir au départ qui est devenu président de la CENI à la suite des élections des commissaires, en remplacement de feu Salif Kébé, décédé. Pour tempérer sa colère, sa communauté lui aurait  tout de suite rassuré que ce dernier est un frère à lui et qu’il doit lui apporter son soutien, sans condition. Ce qui l’assura finalement.

En ce qui concerne les forces de sécurité, à la police nationale et aux services des renseignements, il bénéficierait des soutiens de taille, sans autres détails, selon plusieurs de ses adeptes travaillant dans ce milieu.

A la gendarmerie nationale, nos sources rapportent qu’il a des soutiens non des moindres dont les identités ne nous ont pas été révélées non plus, tout comme à la police d’ailleurs.

Ses faiblesses, mais pas insurmontables !

Homme politique et désormais écrivain, avec son livre « le coup d’Etat manqué du Colonel Diarra Traoré », Damaro Camara, en dépit de tous les atouts qu’il détient pour accéder à la magistrature suprême, est confronté à un problème majeur. La communauté internationale, selon de nombreuses indiscrétions diplomatiques n’est pas favorable à l’actuel président de l’Assemblée nationale qui l’accuse « d’extrémisme » et « d’esprit va-t-en guerre ». En appui de ces accusations, viennent ces propos incendiaires des années durant. Et les derniers datent de la période précédant le double scrutin législatif et référendaire, qui auraient contribué à mettre le feu aux poudres. Ses sorties médiatiques seraient documentées et transmises via les câbles diplomatiques, dit-on. Ce scrutin, dénoncé par la communauté internationale, faut-il le rappeler a abouti aux tueries à N’zérékoré dont le nombre exact reste méconnu.  Cependant, à en juger par l’évolution de la situation politique en Guinée où la Russie et la Chine toutes membres du conseil de sécurité de l’ONU, l’Egypte, l’Algérie, la Turquie, l’union des parlementaires des États de l’OIC ont déjà reconnu la nouvelle nationale, les partisans de Damaro estiment, quant eux, que rien ne pourrait arrêter la machine déjà enclenchée au profit de leur homme de prédilection. Bientôt, le Maroc et tant d’autres pays viendront s’ajouter à cette liste, disent-ils. Mieux, martelé-ils, bénéficiant de la nationale américaine, au moment opportun, rien ne pourrait empêcher le pays de l’Oncle Sam de soutenir Damaro pour des raisons d’intérêts raison d’une diplomatie productive.

En Moyenne Guinée, il n’aurait pas de lieutenant proprement dit. Mais, il pourrait éventuellement avoir certaines personnes dont l’identité ne nous a pas été révélée vu qu’il dispose des moyens de sa politique, il pourrait se payer de « grands électeurs ».

Un autre handicap de Damaro, c’est le manque de soutien de taille au sein des forces armées. Mais, il tisserait de très bon rapport avec un haut gradé du cabinet du ministre délégué à la Défense. Aussi, quoiqu’il ait des contacts avec certains officiers supérieurs, il se murmure que cela  n’est pas suffisant pour avoir des soutiens de taille au sein de la grande muette. Toutefois, pour celui qui connaît la ruse et l’intelligence de l’enfant de Konia, et surtout compte tenu du fait que les forces armées dans les moments critiques, fonctionnent comme une pyramide renversée, il n’est pas exclu qu’il en tire son épingle du jeu, d’ici le moment venu.

En définitive, Damaro n’est-il pas en train de trop briller au point d’éblouir le chef de l’Etat et d’autres prétendants silencieux et déterminés ? Jusqu’à quand et à quelle limite bénéficierait-il de la baraka que le président de la République lui laisse le champ libre ? 

Si les pronostics se confirment quant aux rumeurs de 3ème mandat, le chef de l’Etat serait certainement candidat à sa propre succession en 2020, nouvelle constitution oblige. Ce serait certainement l’occasion opportune pour  mettre hors d’étant de nuire l’ami et l’allié devenu si menaçant et gênant.

Certains habitués des couloirs du palais disent mordicus qu’Alpha Condé a un plan pour écarter l’éventuelle menace. C’est la raison de la date du 18 octobre, pour la prochaine élection présidentielle. Pendant ce temps, ses adeptes disent que leur poulain Damaro, reste serein et pour le moment il continue à assumer sa mission du parlement guinéen adviendra que pourra.