Coopération : institutions financières chinoises et responsables africains se concertent à Pékin

0
340

Comme annoncé précédemment dans nos colonnes, le dialogue entre des responsables des institutions financières chinoises  et les coordinateurs africains  de la mise en œuvre des actions de suivi  du Forum sur la coopération sino-africaine de 2018 a été lancé ce 24 juin 2019 à Pékin. C’était en présence du Coordinateur guinéen, le ministre Directeur de Cabinet de la Présidence, le Dr Ibrahima Kalil Kaba.

Au cours de cette rencontre, « il y a trois grandes questions qui sont probablement les attentes de tous les pays africains », a indiqué le coordinateur guinéen du Focac. Pour cela, il s’agira d’identifier « les mécanismes de mise en œuvre  et de connaître les procédures et les conditions d’accès aux ressources ».

Poursuivant, le ministre Directeur de Cabinet de la Présidence  dira que la connaissance de ces « trois sujets très importants (…) facilitera la mise en œuvre des initiatives. En matière d’attentes, que ce soit pour la Guinée ou pour les autres pays africains, on est au début de cette mise en œuvre des conclusions du Focac de l’année dernière ».

Les attentes de la Guinée sur les investissements chinois

En Guinée, un « exercice a été fait avec tous les ministères pour mettre les priorités nationales en cohérence avec  les opportunités qui existent du côté chinois », explique le Dr Kalil Kaba. Cet exercice consiste  à identifier les priorités qui sont tirées directement du Plan national de développement économique et social (PNDES).

« Certains projets ont été identifiés. Il s’agit des infrastructures routières et énergétiques, de l’agriculture mais aussi des infrastructures ferroviaires. On n’a pas oublié la problématique de l’eau. Conakry en particulier à travers le quatrième projet Eau. On a fait un travail d’indentification d’abord des initiatives avec nos priorités dans le cadre du PNDES. Une fois que cette priorisation a été faite du côté guinéen, c’est de revenir discuter avec nos amis chinois et identifier clairement les mécanismes, les procédures et les conditions d’accès aux ressources », a conclu le ministre Directeur de Cabinet de la Présidence.

Amadou Kendessa Diallo