Conflit domanial et corruption à Siguiri : le commandant de la gendarmerie et un proche du préfet mis à l’index

0
416

Le chef protocole du préfet de Siguiri et le commandant de la gendarmerie départementale sont accusés d’avoir extorqué environ 60 millions de francs guinéens à deux districts qui se disputent une bande de terre supposée riche en or. Un conflit domanial vieux de 30 qui oppose Didi, un district de la sous-préfecture de Kintinian à Sella, un autre district qui relève de la sous-préfecture de Maléah.

Dans ce contentieux qui a déjà enregistré plusieurs dégâts matériels et des blessés, chaque camp cherche à obtenir discrètement les faveurs des autorités locales. Quitte à se saigner financièrement pour arriver à cette fin.

C’est dans cette logique que des initiatives ont été entreprises par chaque belligérant à différents niveaux administratifs et sécuritaires. Des démarches qui, visiblement, ne semblent avoir permis aujourd’hui à aucune des parties de sortir victorieuse de cette confrontation. Et du coup, dans chaque camp, les langues se délient pour dénoncer des cadres de l’administration ou de la sécurité qu’ils accusent de soudoiements.

En tout cas du côté du district de Didi, l’on nous rapporte qu’une somme de 30 millions de francs guinéens aurait été envoyée au commandant de la gendarmerie départementale de Siguiri, le lieutenant-colonel Lah Moussa Traoré.

Des allégations que l’officier supérieur qualifie de ‘’fausses’’. Tout en rejetant donc ces accusations, le lieutenant-colonel Lah Traoré précise que son service n’a aucune compétence en la matière.

« Ce sont des allégations à mon encontre. Nous n’avons aucun pouvoir pour récupérer une somme de plus de 60 millions des mains des personnes en conflit. C’est faux ! Le dossier est actuellement au tribunal », rétorque-t-il.

Une thèse que semble accréditer le président de district de Didi, Yala Madou Camara. Celui-ci nie avoir participé à une quelconque transaction financière. Cependant, il reconnait la tenue d’une réunion restreinte au bureau du préfet.

« J’ai appris qu’une somme a été déposée, mais je n’ai aucune connaissance de cette situation. Le préfet nous a fait appel, il y’a eu une réunion restreinte et le dossier a été remonté au tribunal », affirme le président du district de Didi.

A Sella, des sources anonymes révèlent aussi que 25 millions de francs auraient été déposés au chef protocole du préfet, Lancéi Kéita qui ferait office d’intermédiaire.

« Nous avons envoyé 25 millions gnf… C’est le chef protocole qui a été l’intermédiaire entre les autorités et nous. Mais il y’a une assise et jusqu’à présent rien de clair n’a filtré du côté des autorités. Ils veulent encore que nous payons de l’argent », nous confie un habitant du district de Sella ayant requis l’anonymat de peur de représailles.

Faut-il souligner que toute nos tentatives de joindre le chef protocole du préfet pour avoir ses versions des faits, sont restées vaines jusqu’au moment où nous mettons en ligne cette dépêche.

Par ailleurs, rappelons que les accusations de rançon sont de plus en plus légion contre les autorités locales dans les conflits domaniaux impliquant souvent plusieurs localités dans la préfecture de Siguiri.

Nous y reviendrons.