Alliance Alpha-Kouyaté en 2010 : voici les reproches du président du PEDN à Cellou et Sidya  

0
256
Lansana Kouyaté, président du PEDN. YBS/Guinéenews
Près de dix ans après, Lansana Kouyaté continue de répondre à des questions sur son alliance avec Alpha Condé, alors challenger de Cellou Dalein, parti favori au second tour de la présidentielle de 2010. Conséquence de la désillusion du président du PEDN qui, sans regretter son choix, à ses dires, explique comment les responsabilités sont partagées avec l’autre camp. Celui de l’actuel principal opposant et à son principal allier d’alors, Sidya Touré.

Dans l’émission « Sans concession » de votre quotidien électronique Guineenews, le président du PEDN a été interrogé encore une fois sur ses relations exécrables qu’il entretient avec Alpha Condé dont il a été l’un des principaux artisans lors de son élection à la magistrature suprême en 2010. Il est longuement revenu sur les péripéties de cette alliance dont la suite est un cas d’école  dans l’histoire politique de la Guinée.Lansana Kouyaté « ne le regrette pas. Si c’était à refaire, ça se referait toujours dans les mêmes conditions », répond-t-il. Mais s’il endosse sa part de responsabilité dans ce deal, pour l’ancien premier ministre, Dalein et Sidya ne sont pas exemptes de tous reproches.

A propos de Cellou, « il m’a dit carrément que malheureusement  (…) qu’il ne peut plus rien parce qu’il aura tout donné à Sidya Touré. Et là, la réunion s’est terminée.  Il est parti », révèle au bout d’un long récit le meilleur ennemi politique d’Alpha Condé.

Dans les explications de monsieur Kouyaté, Sidya Touré n’aurait pas joué franc jeu pendant cette période d’alliances. Troisième force politique, l’aîné des ex-premiers ministres devenus leader politique aurait privilégié la carte solitaire. En tout cas, selon Lansana Kouyaté, « quand le résultat a été annoncé… après les recours, (…) Sidya, Abé Sylla, Fall François, nous avons dit (…) on va se retrouver et tous choisir quelqu’un. Là où nous allons, alors on aura la force de ne pas le laisser faire des erreurs. … Nous avons donc décidé qu’on allait choisir ensemble pour peser dans la balance, pour faire accepter les politiques que nous souhaitions. Mais après qu’on ait arrêté ça, c’est le même soir qu’on a entendu Sidya annoncer qu’il va chez Cellou…», confie-t-il dans « Sans concession ».

Des détails qui, à ses yeux, ont assez pesé dans la balance pour qu’il soutienne et accompagne Alpha Condé.