Affrontement inter-villageois à Baté Nafadji-Kankan : 1 mort et des dizaines de blessés par balle

0
191

Un violent affrontement a opposé dans la matinée de ce mercredi 13 mai, des habitants de deux villages voisins séparés par une marre dans la commune rurale de Batè-Nafadji, préfecture de Kankan, faisant un mort et plusieurs blessés, a-t-on appris de source officielle.

Il s’agit des districts de Fodécariah et de Kaakan relevant de la commune rurale de Batè-Nafadji, situé à  32 KM de Kankan sur la nationale Kankan-Siguiri.

A l’origine de ce conflit, un litige domanial vieux de plus de deux (2) ans.

A l’issue de plusieurs heures d’affrontement nourris par des tirs à balles à réelles, un citoyen du district de Fodécariah a été mortellement touché et 8 autres furent blessés, puis transportés d’urgence vers l’hôpital régional de Kankan.

« Ce matin, j’ai été informé que les gens de Kaakan, sont allés brûler 9 champs de manioc appartenant aux cultivateurs de Fodécariah. C’est derrière le fleuve que les habitants de Fodécariah ont l’habitude de faire leurs champs. A notre arrivée, on a effectivement constaté que des habitants de Kaakan, ont mis le feu à leurs champs et passé à tabac même des vieillards. C’est suite à cela que les tirs ont commencé. Les deux camps se sont tirés dessus. Un homme est morts et les 8 personnes blessés ont été transportées à l’hôpital régional de Kankan », a témoigné Ibrahima Kalil Keita, le maire de la commune rurale de Batè-Nafadji.

Pour limiter le bilan de cet affrontement, il aura fallu l’arrivée depuis la commune urbaine Kankan, d’un contingent des forces de l’ordre.

Selon le maire, ce n’est pas la première fois que ces deux communautés villageoises, s’affrontent pour ce problème domanial.

C’est pourquoi, il en appelle à une prise de conscience de tous les côtés et demande cette fois que les autorités prennent des mesures strictes pour renforcer la sécurité dans la zone.

« En ce mois de Ramadan. Il faut que les gens sachent qu’avant tout la terre appartient à Dieu. C’est un affrontement fratricide. Il faut aussi que l’autorité arrête de négliger le problème. Parce-que c’est très complexe. Ça  fait plus de deux ans que ça dure. Chaque fois, les citoyens de Fodécariah viennent se plaindre des agissements de ceux de Kaakan. Il faut une présence plus appropriée des services de sécurité chez-nous », a-t-il exigé.

A noter que cet après –midi, des sources hospitalières ont confirmé le bilan d’un mort et de 11 blessés par balle.